mardi 18 mai 2021

Les trois vies de Suzana Baker



 


Il y a soixante-seize ans, l’armistice était signé. Du latin arma, arme et statio, état d’immobilité. Si le mot met un point final aux combats, les stigmates sont toujours présents. La littérature nous le rappelle. Voici un ouvrage dans lequel, cependant on observe toujours, en ligne de mire, l’espérance.


Lauren, professeur d’histoire à Boston, reçoit pour son anniversaire de la part de sa fille Emily, un test génétique destiné à établir ses origines généalogiques. Lorsqu’elle découvre les résultats, il ne fait aucun doute qu’on lui a menti sur ses racines, à cinquante et un pour cent juives ashkénazes. Or, Lauren est catholique et américaine. L’enquête commence. Aidée par sa fille, elle entame un périple en Europe pour chercher une vérité que sa mère, porteuse de la maladie d’Alzheimer, ne peut plus lui livrer.

Avec ce roman magnifique, Philippe Amar offre au lecteur un récit d’une grande sensibilité. En parallèle du chemin parcouru par la mère et la fille, on suit le combat de trois enfants juifs pour survivre dans la France occupée. D’un côté, la quête de deux femmes opiniâtres qui cherchent la clé de leur filiation et apprennent à se redécouvrir. De l’autre, le portrait touchant et souvent déchirant de jeunes innocents qui surmontent des séparations brutales et des événements violents pour se frayer un chemin vers la vie. Si le sujet est grave, la plume est légère. Au rythme des pages et des péripéties de ses personnages, l’auteur entraîne le lecteur dans une très large et intense palette d’émotions. A découvrir et à offrir.

 


Les trois vies de Suzana Baker. Philippe Amar. Editions Mazarine. 20€


Idiss, BD


 Fin du XIXème siècle. Juive et pauvre, Idiss vit en Bessarabie, une province russe que l’on peut situer dans l’actuelle Moldavie. Son mari est parti à l’armée et, pour nourrir ses enfants, elle accepte de faire de la contrebande de tabac. Mais les persécutions des juifs s’intensifient et toute la famille se résout à émigrer en France. Idiss, illettrée, (elle ne parle que le yiddish) est fière de l’ascension sociale de sa famille. Sa fille Chifra, devenue Charlotte, réussit à l’école de la République et, devenue adulte, se marie avec l’homme qu’elle aime. Mais après les années folles et la douceur de vivre, les voix nazies grondent.

Idiss, d’abord écrit par Robert Badinter pour célébrer sa grand-mère, est devenu une remarquable bande dessinée, adaptée fidèlement par Richard Malka et illustrée par Fred Bernard. La volonté farouche d’une famille d’épouser les valeurs du pays d’accueil rend l’histoire prenante. La seconde guerre mondiale ébranle les nouvelles certitudes sans toutefois les dissoudre. Le texte est porté par des dessins envoûtants. La douceur du trait de crayon de Fred Bernard, sans occulter les horreurs des pogroms ou la terreur de l’occupation et ses lourdes conséquences, souligne le courage, la persévérance et l’amour qui lient les membres d’une famille. Au-delà d’une nostalgique mélodie aux accents de klezmer, se dégage de ce livre une foi inébranlable en l’humain. On n’oublie pas. On s’attelle à (re)construire un monde meilleur. A mettre dans toutes les mains !

 

 


Idiss. Richard Malka, Fred Bernard d’après le livre de Robert Badinter. Editions Rue de Sèvres. 20€

mardi 6 avril 2021

Trois

 


Ils s’appellent Nina, Adrien et Etienne. Septembre 1986. C’est le jour de la rentrée au CM2, ils attendent dans la cour de récréation. Envoyés tous les trois dans la même classe, ils ne vont plus se quitter. Nina, son grand-père facteur, sa mère courant d’air et son irrésistible envie d’ouvrir le courrier. Etienne, sa sœur Louise dans son ombre, son père mal-aimant, ses rêves de musique. Adrien, sa mère présente et forte, son géniteur en pointillés et ses silences. Trois amis qui apprennent, jouent, rient, font des projets d’avenir et grandissent ensemble.

Inutile de dire qu’après Les oubliés du dimanche et Changer l’eau des fleurs, j’étais impatiente de découvrir le troisième roman de Valérie Perrin. ô joie. Il était là, un soir, dans la boîte aux lettres. Je ne me suis pas jetée tout de suite à l’eau… J’ai regardé pendant quelques heures la couverture, histoire de prolonger un peu le plaisir de l’attente. Je vous l’accorde, j’ai craqué au milieu de la nuit et le surlendemain, l’affaire était bouclée. Je savais que ça se passerait comme ça quand je plongerais ! Une fois qu’on a sauté dans la piscine, on nage avec délectation. Et quand il faut sortir on dit : « déjà ? ». L’auteure a l’art de nous entraîner dans le sillon de ses personnages, instantanément familiers. L’écriture est rythmée, l’intrigue parfaitement menée, les rebondissements nombreux. Les protagonistes sont attachants, creusés, leurs failles sont toujours montrées avec beaucoup de bienveillance et d’empathie. La douceur émane de chaque page malgré les catastrophes. Par je ne sais quelle magie, Valérie Perrin maintient l’espérance au fil de ses mots. L’atmosphère d’une petite ville de Bourgogne, à la fin des années 80 est parfaitement rendue. Les lecteurs de l’âge des héros seront projetés dans leurs souvenirs musicaux. On vit les drames et les fractures, bande originale des tubes de l’époque en fond sonore. L’auteur raconte les liens indéfectibles de l’enfance, les troubles de l’adolescence, la réalité abrupte du monde des adultes, la résilience, toujours. Rien n’est laissé au hasard dans cet ouvrage de 665 pages, structuré sans l’ombre d’un faux-pas. Valérie Perrin maîtrise. C’est beau. On en redemande.

 

 

Trois. Valérie Perrin. Editions Albin Michel. 21,90€

lundi 22 mars 2021

Des diables et des saints

 

En portées…

 


Vous est-il arrivé d’ouvrir un livre et, dès les premières pages, de vous laisser happer par l’écriture, l’intrigue, de perdre la notion du temps ? Vous arrive-t-il, dans ces moments-là, de maugréer contre tout ce qui vient entraver votre lecture ? Un rendez-vous, un repas, un horaire à respecter… Vous arrive-t-il d’oublier ce qui se passe autour de vous ? Le clapotis des vagues sur la plage, la sonnerie annonçant la fermeture des portes dans le métro, le bruit des conversations, les appels d’un enfant ?

Oui, sans doute. Une telle tornade ne se produit pas tous les quatre matins. Et on peut prendre un grand plaisir à la lecture sans pour autant se laisser balayer. Mais là, là, Des diables et des saints dans les mains, j’ai été soufflée. Emportée par une puissante respiration.

Il y a des gares, des aéroports et un piano à disposition. Il y a un vieux professeur de piano juif, rescapé des camps de la mort. Des claques derrière la nuque. Il y a un avion avec un angle d’incidence trop élevé, un orphelin. D’autres enfants sans parents. Leur institution s’appelle « Les Confins », un mot qui suinte l’enfermement, l’impasse tout comme le « Fond de l’étang du film « Les Choristes ». Aux Confins, on ne chante pas. Seule la musique de Beethoven bat maladroitement dans les temps de Joe. Il y a Momo, son mutisme, sa peluche et les autres. Un bang supersonique toutes les trente minutes. Michaël Collins. Il y a là un monde de sévices et de révolte silencieuse. Un monde d’humiliations et d’humanité, de douceur et de lâcheté, de fraternité et de trahisons. Il y a une page d’encyclopédie déchirée. Il y a Rose et Marc Bohan. Il y a Joe. Il doit découvrir quelque chose. Le rythme.

Si j’ose un résumé aussi elliptique, c’est pour ne rien entacher. Préserver cette pépite. Subjuguée par un style virtuose, je ne voudrais pas le ternir en livrant une pâle paraphrase. Avec une maîtrise de la langue époustouflante, Jean-Baptiste Andrea nous fait pénétrer dans un monde où la cruauté ne semble avoir aucune limite. Mais comment fait-il pour relater autant de perversité avec une écriture aussi aérienne et poétique ? Comment fait-il pour que de la noirceur émane tant de beauté ? L’encre de sa plume a l’âme d’un enfant, la pureté chevillée au corps. Quelle revanche plus efficace que la résilience face à ses ennemis, manipulateurs en tout genre ? Le pardon rend inatteignable celui qui l’accorde, même inconsciemment. Il lui apporte une paix qui manquera toujours à son agresseur. L’auteur, dans son titre, a condensé tout ce qu’il laisse s’épanouir ensuite au fil des pages. La rage de vivre court le long des lignes, se heurte à la férocité. Elle se rétracte comme une fleur fragile. Un coup de vent, un soupçon de tendresse la font s’ouvrir à nouveau.

Alors, vous voulez une claque littéraire ? Foncez, ça s’appelle Des diables et des saints. C’est éblouissant et ça donne diablement envie de découvrir les autres romans de cet auteur.

 

Des diables et des saints. Jean-Baptiste Andrea. Editions L’iconoclaste. 19€.

Ce roman a reçu le Grand Prix RTL-Lire Magazine littéraire et le Prix Livres & Musique 2021.

lundi 22 février 2021

Champs de bataille

 

Ondes de choc.

Charles tente de rassembler ses souvenirs. Il y a un château, une atmosphère printanière, un déjeuner, un prêtre venu des Caraïbes, un peu vaudou, une prédication floue. Il y a aussi la belle et mystérieuse Ondine. Un peu plus tard, un vétérinaire adepte du pendule met en garde Charles et son ami Philippe. Mais aucun oiseau de mauvais augure ne peut empêcher les deux jeunes gens de partir en reportage au Proche-Orient. Pourtant, sur une route du Liban, voilà leur destin scellé. Quand Charles émerge, il est cloué sur un lit d’hôpital. La mémoire en miettes et le corps en grève. Vingt-cinq ans et bon pour la casse. Mourir ou se battre pour retrouver une vie ? Charles hésite. Les quatre murs de sa chambre d’hôpital sont un nouvel horizon. Dans son lent retour à la réalité, Charles décrit les supplices de sa douleur, physique et morale. Autour de lui, le cercle est restreint. Sophie, une troublante infirmière, Elisabeth, la kinésithérapeute, son ami Gabriel, sa mère et un gosse d’une dizaine d’années, en fauteuil roulant, abandonné à son triste sort. De la belle Ondine, nulle trace. Personne, autour de lui, ne semble la connaître. A-t-il rêvé cet épisode de sa vie ? Au milieu des décombres de son existence, Charles enquête, oscillant en permanence entre désespoir et désir de se battre.

Le titre, Champs de bataille, est trompeur. Franck Hériot nous entraîne d’abord habilement sur une fausse piste. Pour mieux explorer la métaphore ? Car ce roman n’est pas un récit de guerre. Ici, le terrain de conflit est la personne même du narrateur. Ce dernier raconte le combat intérieur qu’il doit mener face à son corps brisé et son âme dévastée. Mort à demi, paralysé complètement. Cela vaut-il le coup de revenir dans un monde en mouvement ? L’auteur dissèque avec force les états d’âme de Charles. Avec un vocabulaire précis et varié, il pointe les souffrances endurées, tant corporelles que psychiques. Sans fausse pudeur et avec une pointe d’humour, il fait raconter à son narrateur les petites humiliations de sa condition, grandes défaites et petites victoires. Tour à tour âpre et lumineux, ce roman nous transporte dans la tête d’un homme qui doute. La tentation d’abandonner revient comme le ressac. Charles puise régulièrement les citations de ses auteurs préférés dans le carnet où il les consigne pour ne pas les oublier. Elles s’égrènent, tout au long de l’histoire, soulignant l’humeur ou étayant le propos. La littérature agit comme une béquille et tant bien que mal, essaye de panser les plaies béantes. Se refermeront-elles jamais ? Belle écriture, fin déroutante, un livre profond et bouleversant.

Champs de bataille. Franck Hériot. Editions le Rocher. 18,90€

mardi 9 février 2021

Projet avec les sixièmes

 

Le projet, nouvel épisode.


Le projet saison 1, pour informer ceux qui n'auraient pas l'info, consistait à accompagner une classe de sixième dans la rédaction d'articles pour l'Echosdcom. Au terme de plusieurs mois de travail, un livret spécial était paru dans le journal du 17 mars 2020. Il comportait des interviews de la Commandante de Gendarmerie de Beaune, mais aussi d'Aubert de Vilaine, propriétaire de la Romanée Conti et à l'initiative de l'inscription de Climats de Bourgogne au Patrimoine Mondial de l'Unesco, ou encore de Claude Lelouch. Eh oui ! Grâce à la bienveillance des adultes et un solide réseau, les élèves ont eu la chance de vivre des rencontres exceptionnelles. D'autres ont déjeuné au restaurant pour relater leur expérience. Il y a eu aussi des chroniques culturelles, un édito, un tour du marché, un article sur l'histoire du collège, des témoignages sur les activités extra-scolaires... J'en oublie certainement.




Plus modeste que l’année passée (Covid oblige), le projet se concentre cette fois sur l’art, et plus particulièrement sur la littérature. Les chroniqueurs en herbe partageront donc leurs lectures et ont prévu une ou plusieurs interviews d’auteurs (en fonction des conditions sanitaires). Lors de la conférence de rédaction, ils ont donné plein d’idées… Nous espérons donc pouvoir vous réserver quelques surprises… En tout cas, pour l'édition du 9 février, la classe, au terme d’un travail collectif, évoque un ouvrage étudié en classe et pas seulement réservé aux enfants.


Courage on les aura !

 


Mai 1940 dans un village (imaginaire) de Côte d’Or. Eusèbe et François jouent aux billes sur le trottoir. Soudain, une patrouille de l’armée allemande passe. Les deux jeunes garçons de 13 ans font comme si de rien n’était. La débâcle de l’armée française a poussé toute une partie de la population à fuir en zone libre. Sur le chemin de l’exode, la jeune Lisa a perdu ses parents. Elle est recueillie par la famille de François. Ce dernier n’est pas d’accord pour se résigner face à la situation. Choqué par la mort de Martin, son ami l’éclusier, il décide d’entrer en résistance. Il commence par imprimer des tracts et entraîne avec lui Eusèbe et Lisa. Parviendront-ils à convaincre les villageois de les suivre ? Se rendent-ils compte du danger qu’ils courent ? Seront-ils capables d’assumer les conséquences de leurs actes ?




Avec Benoît Ers et Vincent Dugomier, nous sommes embarqués dans les aventures d’enfants de notre âge confrontés à la guerre. Nous avons aimé le réalisme du graphisme et les gros plans. La qualité des dessins nous a permis de ressentir les émotions des personnages. Le récit associe du suspense à beaucoup d’éléments historiques. Le livret à la fin est très instructif. Il contient des informations véridiques, des photos d’époque et explique très bien la mentalité des gens de cette période. Pour compléter notre lecture, nous avons participé à un Escape Game au CDI. Nous nous sommes déguisés en résistants et avec Jack, un aviateur anglais, nous avons cherché des indices pour résoudre une énigme et permettre à un autre groupe de résistants de passer en zone libre. Première d’une série de six tomes, cette bande dessinée promet de passer des moments passionnants.






Les enfants de la Résistance. Tome 1. Premières actions. Benoît Ers et Vincent Dugomier. Editions Le Lombard. 10,95€

Jeu de piste à télécharger sur le site de l'éditeur.

 

 



lundi 25 janvier 2021

Retour à Cuba

 

Voyage en terre familiale





Un auteur, voisin de dédicace lors du salon littéraire de Besançon, suggère à Laurent Bénégui qu’il y a dans son histoire personnelle matière à écrire un roman. Ce dernier réalise qu’hormis quelques phrases récurrentes issues de la légende familiale et des bribes de souvenirs, il ne sait pas grand-chose de ses racines. Son grand-père est enterré à Cuba. Son père y est né. Paysans béarnais sans le sou, émigrés sur cette île des Caraïbes au début du XXème siècle, ses ascendants ont construit leur fortune au prix d’un dur labeur. Réussite évaporée avec la révolution cubaine. Restent beaucoup de zones d’ombres. Comment se fait-il que Laurent ne se soit jamais penché sur la question ? La réception d’une plaque de métal gravée au nom de son grand-père et exhumée de la terre de la Marne par une chercheuse de trésors de la Première Guerre Mondiale le conforte dans l’idée de remonter le fil de l’histoire. Il visionne les films super 8 tournés par son père lors de vacances de la famille à Cuba dans les années 70, extirpant des bobines de précieux souvenirs.  Il interroge, avec son regard d’adulte, la possibilité d’un tel voyage à l’époque, la raison de la brouille avec une partie de la famille rentrée en France, le destin de ceux restés sur place. Il décide alors d’enquêter, plonge dans la généalogie familiale et reprend contact avec des grands-tantes encore vivantes qui pourraient éclairer sa réflexion. Patiemment, il explore, émet des hypothèses. Que trouvera-t-il au bout du chemin ? Où l’emmène le roman qu’il a décidé d’écrire pour raconter sa quête ?

 

Se lancer dans les méandres de son histoire familiale relève d’une succession de tâtonnements, de fausses pistes, d’errances, d’émotions et de déconvenues. D’espoirs déçus en découvertes troublantes, de doutes tenaces en obstacles infranchissables, Laurent Bénégui enfile le costume du personnage lambda lancé sur les traces de ses ancêtres. A la fois rigoureuses et intuitives, ses recherches le conduisent de la région parisienne à Cuba en passant par le Béarn. Il se dégage de cet ouvrage le souffle romanesque des grandes épopées. L’authenticité du récit, l’humilité des protagonistes et leurs préoccupations universelles font pourtant de ce roman une œuvre pleine de simplicité, ancrée dans la réalité. En fouillant dans la vie de ses ascendants, l’auteur offre également un panoramique réussi sur l’histoire de Cuba. Il dessine avec un grand détachement la fresque politique de la succession d’événements qui a fait basculer la condition des siens. Les descriptions minutieuses, sueur des travailleurs, chaleur moite, parfums du café,  sons étouffés de la forêt tropicale, soleil écrasant, sont fidèles à l’univers réputé sensoriel de l’île ; elles transportent vraiment le lecteur au cœur de Cuba. Cette atmosphère chamarrée ne masque cependant pas la quête de sens. Fiction et réalité se mélangent aussi sûrement que chacun revisite ses souvenirs. C’est ainsi que se forge la transmission, génération après génération. Au terme d’un fabuleux voyage, Laurent Bénégui nous livre sa vision. Grand bien lui en a pris.

 

 

Retour à Cuba. Laurent Bénégui. Editions Julliard. 20€